Un apiculteur : «quossa fait en hiver?»

Un apiculteur : «quossa fait en hiver?» 

Corollaire : une abeille, «quossa fait en hiver?»

On est allé rendre visite à nos abeilles aujourd’hui, question d’isoler les ruches avec un peu de neige et de vérifier si elles étaient toujours vivantes. La température était clémente (+4C) avec un splendide soleil d’hiver, bas à l’horizon, comme dans un ciel manitobain. 

img_1087

On a commencé par enlever les corps morts qui obstruaient la petite entrée qu’on leur avait laissée en avant de la ruche. Une petite ouverture laisse entrer moins d’air froid, mais laisse aussi circuler un peu d’air frais pour enlever l’humidité qui s’accumule à l’intérieur de la ruche. L’humidité et la condensation sont une des causes principales des mortalités hivernales : les abeilles ont froid à cause de l’humidité ambiante qui les fait geler. Donc on s’assure qu’il y a une ouverture bien dégagée en bas et une autre en haut de la ruche pour favoriser une bonne circulation d’air.

img_1135

On ajoute ensuite de la neige sur les côtés et à l’arrière de la ruche. Cette neige agit comme isolant contre le froid et les vents prédominants du nord. Le devant de la ruche est laissé libre pour que le soleil réchauffe un peu le papier de construction noir avec lequel les ruches sont recouvertes. Nos ruches font face au sud et profitent ainsi des rayons du soleil qui ne monte pas plus qu’à un angle de 24 degrés à midi à ce temps-ci de l’année. 

Il y a toujours des corps morts à sortir de la ruche. Les abeilles ne peuvent pas toujours faire le ménage car elles sont occupées à se tenir au chaud en vibrant, collées les unes contre les autres dans une boule compacte au centre de la ruche. Elles ne se déplacent que pour aller chercher un peu de miel pour ensuite le ramener aux abeilles dans la boule.

C’est un équilibre délicat : il faut leur laisser assez de nourriture, mais il ne faut pas qu’elles soient trop loin du peloton, sinon les chercheuses de miel vont mourir de froid avant le retour. Il ne faut pas qu’il fasse trop froid, ni trop chaud. Si l’hiver est trop chaud, les abeilles vont consommer leurs réserves de miel avant la venue du printemps. Quand la température est clémente, les abeilles sortent faire un p’tit tour, question d’évacuer les selles qu’elles accumulent depuis l’automne. S’il fait trop froid, elles mourront avant de pouvoir réintégrer la ruche.

abeilles-en-hiver-02

Au printemps, c’est toujours une grande joie de voir qu’elles ont réussi à survivre à nos hivers en dent de scie. La première année nous avons perdu notre unique ruche.

Depuis 2 ans, nos 3 ruches ont survécu. Donc, on ne change rien à notre recette et on espère revoir nos bestioles en santé au printemps prochain!

Texte et photos: Norman Paul

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s