A second hive established.

Screen Shot 2017-05-25 at 10.37.20 AM

We have established our second hive in the last few weeks. We were lucky enough to obtain a nuc from the local beekeeping association, Apicentris. These nucs were bought from an apiary close to Granby, Quebec. Once again a big thank you to this organisation which is really advancing urban beekeeping in our region. We are lucky to have this group of enthusiastic folks so close.

So what’s a nuc? It consists of four or five panels enclosed in a box made of plastic or cardboard. A nuc has two panels of honey and two more of fresh brood with eggs or fully formed larvae. Plus, the all-important freshly mated queen, who we have named Rachel. Upon receiving your nuc, you can place the panels directly into your awaiting hive. The hive population grows quickly if extra panels of honey and empty comb are added at the same time.

Nuc 2017

Presently the hive is bringing in pollen. The weather has not been conducive to a good year so far. Cool days and evenings with rain twice a week has been the norm. Most of the blossom has finished and our bees would have missed collecting it. This is not a problem for us at the moment. We are still establishing hives and being patient while the bees grow accustomed to their new surroundings. They will be spending a large amount of energy cleaning the old hive and re-arranging honey stock to their liking around the boxes. This is perhaps more so for the first package we obtained from Chile. These bees are very docile and their queen named Esperanza seems busy increasing her lineage. There, however, have been rumours of them asking for a return flight back to Chile. Since my Spanish language skills are non-existent, I am ignoring everything. It seems the weather is not to their liking…, I cannot blame them!

The eggs and new larvae can be seen in the photo below.

bees 2017

On another note, all our extra hive boxes and Top Bar hive have been sold. Thank you to everyone that inquired.

 

Advertisements

New Bees

Last week we had the pleasure of visiting Apicentris at the Ferme Moore. Although a wet and cold morning, Pablo, Daniel and other members managed to get all the bee packages inserted into their hives. These tubes of bees had just been delivered from Chile the night before. Purchasing packages of bees from other countries is not new and we were lucky enough to obtain a tube of bees surplus to their needs. With high losses in our area this Spring, finding new bee stock has been difficult. Especially if we want then early. We were lucky as our tube held plenty of bees so we should be able to get up and running quickly. All we need now is some warm weather…

Many thanks to Apicentris for making these bees available to us.

FM-01FM-02FM-03

Hives for sale

Langstroth deep brood boxes for sale.

We currently have some unneeded Langstroth deep brood boxes for sale. They are in good shape, disease free and either two or four years old. Each box comes fully loaded with ten panels of either comb or honey mix. This would allow you to start a package of bees or a nuc with a good population of bees going into the winter. Each box with panels is $30.00 Take two and we supply a cover and bottom board. Photos below:

Hive01Hive03

Top Bar Hive for sale.

The next hive for sale is a Top Bar Hive. I built this hive two years ago but it has never been used. It is still in great shape with a newly added roof. The hive roof comes off and there is a small window at the back for viewing. It has a screened bottom plus a small plastic feeder that can be placed inside. A number of bars are included to get you started and the end panels are insulated for winter. The mice resistant legs can be unbolted to make the pickup in a vehicle more convenient. This hive would suit someone wanting to try the Top Bar method of keeping bees or for an established beekeeper to raise emergency queens in their yard. Price: $150.00

If you are interested in either of the hives mentioned, just drop an email to us at:

cuissesdevelours@gmail.com

 

Varroa mites

The last posting explained how we lost two hives over the winter. I can now report we have lost a third. The last hive is trying very hard to survive and now that the weather has improved, the bees are showing a good sign by bringing in nectar. This, in theory, means the queen is alive, laying eggs and the worker bees are bringing in nourishment for the new population. The small colony will be checked fully in a few weeks but in the meantime, it was reduced to one box, cleaned and given a plentiful supply of honey. We remain hopeful.

Spring pollen-white2017Spring Pollen-yellow2017

Some of you will be wondering about Varroa and what it means to a hive. I will refer you to another website where there is extensive information on all aspects of these nasty little critters. There are numerous, thousands of websites about Varroa.  Why re-invent the wheel, so to speak. Rusty Burlew has a wonderful blog and her research and practical information will help many beekeepers, not just about Varroa, but all in aspects of hive management. Recommended!

https://honeybeesuite.com/varroa-mites/

Varroa Destructor.

Screen Shot 2017-04-24 at 10.22.26 AM

Varroa destructor (Credit: Wikipedia)

We have learnt that our neighbour has lost all four hives this winter. Since they were not treated for Varroa last fall it is easy to see them by looking through the bottom board debris. If you look to the right of the dead bee in the following photo you will easily spot the dead Varroa. Small brown/reddish coloured dots that show the top or sometimes overturned and displaying the small legs attached. These mites are equivalent to having a football sized parasite permanently attached to the back of your body. They then slowly suck your blood all day and then decide to reproduce in your child’s bed, continually. You get the idea…

Varroa detail

In the next image which displays just a few square inches of hive area, I counted over 60 varroa. Yes, of course, you can count them.

Varroa overallx60+

Great job! Now let’s see how you go with the next photo…

varroa-02

Great job, well done! Your prize is in the mail.

We will update soon with photos of our new hive location and the plans to build a new “old style” beehive.

 

Winter bee losses

winter clean02

We checked our hives this week. This is usual for Spring and gives us an idea of how they are progressing. Sadly we have lost two hives with a third being very weak. The fourth can only be described as being on death’s doorstep. The afternoon was spent cleaning the hives and feeding pollen patties to the two remaining weak colonies.

So it is not looking good as we begin our new season. Losing all the hives is something we were not expecting and do not want to repeat. Our neighbor also lost his four hives. So our plans to split his hives and make more are now out of the question. We hope to find some nucs available to purchase but being late for ordering will certainly complicate matters.

Some of you will be asking why they died? I will try to explain a variation of reasons why they perished. You can take some of these thoughts, parts or all of them and come to some of the same conclusions as us. Without getting the debris tested, it’s complicated and even then the results of looking through a microscope may not be conclusive. Definitely not conclusive enough to come to one sole reason for the loss.

Firstly some info to set the scene. We repeated what we do every year regarding wrapping and insulation. The hives were left with plenty of honey and three of the four were strong in population going into the winter.

All the hives were treated for “varroa destructor” mite (gotta love that name!). Each year we have alternated treatment between Apistan and Apivar to curb resistance to either one chemical. I have some doubts about the effectiveness of Apistan, which we treated with this year. We have had more success with Apivar. All the hives were alive when inspected in February. This was when extra sugar patties were added as a precaution, even though all the hives were still stacked with honey.

Perhaps both queens were too weak to withstand the exceptional wet and humid weather we have had for the last two months. For April we normally have 20 mm of rain. This April we have already had 100mm and the forecast is not looking better for the week ahead. With continuous rain, one of the hives showed signs of water penetration. This would weaken them at this vulnerable time of the year. This hive had no visible brood left on the panels. I suspect the queen had been dead for some time as there were no visible signs of any brood been laid. There were, however, heavy signs of dysentery at the top of the brood box.

The other hive did have some small brood patches left with pupa. They were at around the 16-18 day when they died. This would mean the queen started to lay in February, as normal but died not long after. The odd drone was found on some panels also. Not too sure why they would still be in the hive at this time of year. If anyone has any info on this matter, we would appreciate it.

winter clean01

My conclusion:   varroa destructor mite

All signs point to the mite being the reason for the hive losses. We have large hives with big bee populations, therefore, it becomes more difficult to eradicate this pest. 

In the coming weeks, we will check again on the two remaining hives. An extra feeding will be given and the hives arranged to prepare for the coming year. Hopefully with bees…

Mon pays ce n’est pas un pays, c’est l’hiver!

Mon pays ce n’est pas un pays, c’est l’hiver!  

ou

Comment les abeilles survivent aux hivers canadiens

Les animaux d’ici n’ont pas attendu qu’un professeur de mathématique de Québec (1) leur chante cette évidence même. Depuis la nuit des temps, ils savent l’importance de suivre une stratégie éprouvée par leurs ancêtres afin de maximiser leurs chances de survivre à nos hivers rigoureux et de laisser une progéniture saine capable elle aussi de produire des descendants.

Trois stratégies s’offrent à eux: 

  • migrer vers les régions méridionales;
  • hiberner; ou,
  • s’emmitoufler, faire des provisions et s’assurer que son chez-soi puisse résister aux intempéries afin d’hiverner ici. (Ceux et celles qui choisissent cette troisième stratégie, une fois les préparatifs terminés, peuvent se consacrer à manger leurs provisions et à faire des petits durant l’hiver. Nos ancêtres adoptèrent cette stratégie.)

Les abeilles n’ont pas l’âme voyageuse et certainement pas la constitution du sterne arctique qui parcourt 20,000 km en se rendant en Antarctique après un détour sur les côtes de l’Afrique avant de revenir, le printemps venu, commencer une famille dans le Grand-Nord canadien. (Natural History, Michael Runtz, 2012)

Même devant le redoutable croc-en-jambe que constitue l’hiver pour elles, les abeilles ne suivent pas l’exemple de leurs proches cousins les bourdons (tous deux de la famille des Apidés). Chez les bourdons, les ouvrières et les mâles ainsi que les reines de qui ils sont nés périssent à l’approche de l’hiver. Les jeunes reines fécondées hivernent alors seules tapies au fond de minuscules nids dans le sol (2).

Disciplinées, grégaires et solidaires, les abeilles mellifiques domestiques ont une façon bien unique de faire face aux rigueurs de l’hiver (3).

Cependant, rien n’est gagné d’avance. Les abeilles domestiques ne sont pas originaires d’Amérique du Nord et elles ne pourraient survivre à l’hiver sans l’aide et l’expérience d’un apiculteur. Voici brièvement comment nos abeilles domestiques (4) et leurs complices humains s’y prennent pour ceux d’entre vous qui s’initient au monde des abeilles.

Lorsque la température ambiante chute à 18°C ou moins, les abeilles se rassemblent en peloton compact ou « grappe » à l’intérieur de la ruche. Les abeilles à la périphérie du peloton se serrent  côte-à-côte et font face au centre. Leur chaleur corporelle suffit alors pour le peloton. Mais lorsqu’arrive le froid hivernal, les abeilles au centre du peloton, là où réside la reine, engendrent de la chaleur en faisant vibrer doucement leurs muscles du thorax avec lesquels elles battent des ailes et frissonnent. Par ce mouvement continu, elles arrivent à chauffer l’intérieur de la ruche jusqu’à 32-36°C lors de l’incubation de la prochaine génération d’abeilles dans la seconde partie de l’hiver. Elles effectuent une rotation de l’intérieur à l’extérieur du peloton afin qu’aucune n’ait trop froid. Plus la température extérieure baisse, plus le peloton devient compact.

Hive temperature in winter

Image: The Biology and Management of Colonies in Winter  –  Adony Melathopoulos

«Plus il y a d’abeilles dans une colonie, plus la proportion de travail que chacune d’elles est appelée à faire est restreinte, à condition que les provisions et la protection soient égales. » rappelle aux apiculteurs une publication du Ministère de l’Agriculture du Dominion du Canada. Il est donc impossible d’avoir une colonie trop forte pour l’hiver.» (Hivernage des abeilles au Canada, 1927)

Lorsque les abeilles d’un peloton sont peu nombreuses,  elles doivent travailler davantage pour produire la chaleur requise.

Les abeilles d’hiver vivent beaucoup plus longtemps que les abeilles d’été. Ces dernières ne vivent que six semaines durant lesquelles elles sont rapidement mutées d’une tâche à l’autre au sein de la colonie. Les abeilles nées à la fin de l’été et à l’automne, plus grosses et plus grasses et dont le système glandulaire est moins sollicité, vivent tout l’hiver jusqu’à l’arrivée de la relève au printemps.

L’activité à l’intérieur de la ruche ralentit durant l’hiver. La reine cesse de pondre et la seule préoccupation des ouvrières est de se nourrir afin d’avoir l’énergie requise pour maintenir la température du peloton et ainsi survivre.

«  [Les abeilles d’hiver] ne bâtissent pas et n’utilisent donc pas leurs glandes cirières. Elles ont moins souvent l’occasion de se défendre contre d’autres insectes qui n’existent plus en hiver comme les guêpes et les frelons ……. et elles n’utilisent donc généralement pas leurs glandes à venin. Cette inactivité des diverses glandes fatigue moins leur métabolisme et leur permet ainsi de vivre beaucoup plus longtemps que les abeilles d’été. »(http://www.lesbelleshistoires.info/comment-les-abeilles-traversent-elles-lhiver/

Toutefois, l’hivernage provoque nécessairement des pertes d’abeilles (au moins 30% des abeilles adultes d’une colonie) au cours de l’hiver. (Gestion optimale du rucher, Féd. des  apiculteurs du Québec, 2011)

Afin de réduire ces pertes au minimum, la colonie doit être forte et constituée principalement de jeunes abeilles à l’automne.  La colonie doit disposer d’une alimentation saine en abondance et d’une bonne protection contre le froid. C’est là que l’apport de l’apiculteur est crucial.

À l’automne, un apiculteur d’expérience pourra décider de regrouper deux petites colonies en une plus grande et s’assurera de la présence d’une reine en santé. Il veillera à protéger les abeilles nées à l’automne des parasites.

Certains apiculteurs entrent leurs ruches à l’intérieur de bâtiments à la mi-novembre afin de les protéger du froid hivernal. D’autres choisissent de recouvrir leurs ruches de matériaux isolants, tels que des panneaux de polystyrène et de papier goudronné utilisés dans la construction résidentielle.

Puisque l’apiculteur a prélevé le miel produit par ses abeilles jusqu’à la fin d’août, il compensera en leur fournissant un substitut de sucre en pain ou sous une autre forme.  Des réserves de nourriture insuffisantes pourraient entraîner des pertes anormalement élevées d’abeilles et même la perte de la colonie.

Les sites d’apiculture rappellent l’importance de bien protéger les abeilles du froid hivernal. Des abeilles qui seraient obligées de se nourrir excessivement pour combattre le froid ne pourraient se retenir de déféquer dans la ruche pendant les quatre, cinq ou six mois où elles ne peuvent sortir à l’extérieur en raison du froid.

En hiver, l’apiculteur laisse la colonie tranquille sauf pour possiblement profiter d’une belle journée pour effectuer une visite éclair et observer l’état de santé de la colonie. Au besoin, il peut alors ajouter à la réserve de nourriture si elle est insuffisante.

Au moment de publier ce texte, en principe, le printemps est à nos portes. Quelles seront donc les prochaines étapes dans la vie des colonies d’abeilles?

Bees at entrance

Lors de sa première visite au printemps, l’apiculteur s’assura de la santé de la colonie, de la présence d’une reine également en santé et d’une réserve de nourriture suffisante pour soutenir les abeilles jusqu’au moment où elles pourront commencer à butiner.

«Les abeilles sortent de la ruche quand la température extérieure atteint 11 à 12 °C. Elles recommencent à butiner dès les premières floraisons. La reine recommence à pondre; peu à peu, de jeunes générations d’abeilles remplacent celles de l’hiver. » (http://www.abeillesentinelle.net/la-ruche-abeille-au-fil-des-saisons.html »

Pour contribuer à la santé et à la pérennité  de ses colonies, l’apiculteur doit connaître et respecter les cycles saisonniers des abeilles. Il doit prêter davantage attention aux besoins de sa colonie qu’aux jours du calendrier. 

Nous vous ferons part des activités et de l’évolution des colonies d’abeilles tout au long des saisons. Nous espérons que vous serez des nôtres. 

Luc Fortin  (Mars 2017)

1 – À noter: Le chantre en question avait quitté sa Basse-Côte-Nord natale pour s’établir à Québec, devenant en quelque sorte un réfugié climatique.

2 – Lorsqu’elles émergent au printemps, ces jeunes reines doivent entreprendre seules la tâche colossale de choisir un lieu propice et d’y construire un premier nid, pondre leurs oeufs et butiner en quête de nectar et de pollen jusqu’à ce que leur première couvée d’ouvrières puisse butiner, construire des nids et élever leurs jeunes soeurs.

3 – À prime abord, ceci n’est pas un message subliminal à nos syndicats de travailleurs. Quoique, si jamais ils se sentent interpellés ……

4 – Nous aborderons plus tard cette saison la situation des abeilles redevenues sauvages et la façon dont elles survivent sans l’aide d’apiculteurs.

Pourquoi l’apiculture?

boxing-beekeeper

Pourquoi l’apiculture?

Bonne question! Il n’y a pas de réponse définitive; c’est à dire qu’il y a plusieurs raisons pour lesquelles je suis devenu apiculteur. On ne le devient pas du jour au lendemain. On ne se réveille pas un bon matin pour découvrir qu’on est finalement apiculteur. C’est un processus où l’on est toujours en devenir. Mais quelles sont les raisons ou les motivations qui nous poussent à vouloir investir un temps et une énergie considérable pour prendre soin de ces bestioles?

En premier lieu, je dirais que c’est par curiosité que je m’y suis intéressé. Comment ca marche? Comment est-ce qu’elles produisent ce miel? Quelles sont les étapes? Le matériel requis? Les tâches? Ça me semblait assez simple en principe : on met des abeilles dans une boîte et on attend!

Nenni! Rien n’est si simple ni facile. C’est peut-être un miracle qu’on s’y intéresse toujours. C’est beaucoup plus d’ouvrage qu’on croirait. Ou plutôt, pour bien s’adonner à ce « violon d’Ingres », faut y consacrer plusieurs heures par semaine.

C’est une danse, une valse à trois temps, où il s’agit de maintenir un équilibre entre les « protagonistes », l’abeille et l’homme! Y’en a un qui mène et l’autre qui suit. Pas toujours clair qui est qui…. Les rôles sont parfois inversés. Le but est de donner juste assez d’espace aux abeilles pour qu’elles veuillent travailler et se répandre dans la ruche, sans trop leur donner d’espace, sinon elles s’éparpillent et  deviennent moins efficaces dans la production de larves et de miel. Si l’espace est trop restreint, elles se sentent à l’étroit et vont « prendre la poudre d’escampette », i.e. essaimer, partir en vrac, quoi! Parfois ce sont les abeilles qui donnent le ton, et parfois c’est l’apiculteur qui tente de diriger, disons « influencer », les décisions prises par ses protégées.

norman-face

Un grand attrait pour moi est le défi d’affronter ces bêtes terrifiantes… Il faut se faire violence à chaque fois qu’on ouvre la ruche. On sait d’avance qu’elles ne seront pas contentes et qu’elles vont tout faire pour nous dissuader de continuer notre inspection. Leur seul moyen de défense est le dard qui se trouve au bout de leur postérieur et elles savent s’en servir à bon escient, comme en témoignent mes multiples enflures au cours des années. On a beau se protéger du mieux qu’on peut, on dirait qu’elles réussissent toujours à trouver la faille dans notre armure et y pénétrer pour nous infliger une punition pour avoir daigné les déranger dans leurs labeurs. Mais, comme on dit, « ça fait partie du métier ».

En résumé, ce qui m’attire dans ce passe-temps (parce c’est loin d’être un gagne-pain) c’est la découverte et l’analyse de l’organisation sous-jacente de cette société matriarcale, et ensuite, le fait d’avoir à trouver le « courage » nécessaire pour affronter la douleur aiguë qui m’attend veux, veux pas!

Le fait d’avoir un peu de miel comme récompense met un peu de baume sur mes plaies…

P.S Ce que fait un apiculteur en hiver :

N.Paul

_dsc1143-small